4ème African Business & Social Responsability Forum
Interview M. Tshepelayi Kabata, Conseiller technique du Directeur Général de la BADEA

4ème African Business & Social Responsability Forum

Interview M. Tshepelayi Kabata, Conseiller technique du Directeur Général de la BADEA

Un accompagnement appuyé à l’entrepreneuriat

La Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (BADEA) vient d’adopter un plan stratégique 2030 pour trouver les solutions pour promouvoir efficacement  le secteur privé. C’est ce qui ressport entre autres de ce bref entretien avec M. Tshepelayi Kabata, Conseiller technique du Directeur Général de la BADEA.

Depuis maintenant quelques années, la BADEA finance le privé, que comptez-vous faire pour en termes de RSE ?

M. Tshepelayi Kabata : La BADEA finance le secteur privé depuis 2015. Nous venons d’adopter un plan stratégique que nous implémentons depuis cette année-même. Nous mettons d’ailleurs un accent particulier sur le secteur privé. Si par le passé nos financements étaient limités aux banques commerciales, aux banques régionales… cette fois-ci nous les étendons au privé dans les secteurs du commerce, le développement agricole, les PME, à travers les banques. Sur ce dernier volet, nous mettons l’accent sur l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes.

Relativement à la RSE, nous accompagnons toute initiative allant dans ce sens. En gros, nous oeuvrons de concert avec toutes les actions qui fédèrent en direction de la RSE… et de façon pérenne, pour la simple et bonne raison que notre stratégie s’aligne aux priorités nationales des pays bénéficiaires, lesquels sont conformes aux objectifs du développement durable dans le cadre de l’Agenda global 2030.

Notre stratégie est aussi conforme à l’Agenda 2063 pour l’Afrique qui comporte des dimensions de développement durable. A ce titre, la BADEA soutient les pays bénéficiaires y compris leur secteur privé. Parler de l’avenir durable du continent et du citoyen, le secteur privé se doit de faire non seulement du profit, mais de manière durable au profit de tous y compris ses salariés. Si le privé ne prend pas en compte sa responsabilité sociale et économique, à long terme, elle n’aura pas d’employés. Ainsi, ce que le privé doit faire en termes de RSE lui revient…

S’il y a un appel à Marrakech à l’endroit des acteurs économiques, quel serait-il ?

Ici la BADEA va faire la promotion de sa stratégie 2030. Nous comptons leur dire que nous sommes très déterminés à soutenir le secteur privé, particulièrement les PME. Une réunion, devant réunir les partenaires qui travaillent avec eux, est prévue de manière à ce que nous réfléchissions de façon holistique pour trouver les solutions pour promouvoir efficacement  le secteur privé. Concrètement, les actions restent éparses. Il urge de se réunir autour d’une table autour d’une coalition pour impliquer les partenaires intéressés par le privé et leur permettre à adresser, selon ses compétences et ses moyens, les défis auxquels font face ces PME. 

COMMENTAIRES

aucun commentaire